The Icarus Line

Mono

Mono

 Label :     Buddyhead 
 Sortie :    mardi 08 mai 2001 
 Format :  Album / CD   

Icarus Line retourne au cœur du rock'n'roll, crachant des boulets cinglants de sueur et de sang. C'est brouillon, arrogant, incendiaire, ça larsen de partout. C'est Stooges, c'est suicidaire. C'est frais, c'est frais, c'est frais.

Seul dans une chambre, réalisez froidement l'horreur de vos pires cauchemars. Ne paniquez pas. Essayez. Impossible ? Icarus Line le fait pour vous. Tout au long de cet album, Icarus Line commet de petits outrages plus terribles les uns que les autres. Icarus Line déploie une force surnaturelle sournoise pour vous dépouiller de vos angoisses et torturer the "Holy Mother".

La contagion commence par l'excitation de leur musique : malsaine, dangereuse, 100% pervertie et sans aucun doute sexy. Imaginez une musique viscérale au croisement des Melvins et de Drive Like Jehu jouée par 5 surdoués paranoïaques. Imaginez un groupe de hardcore furieux qui jouerait le Rock'n'Roll le plus gras à leur manière. Imaginez des paroles hystériques fortement inspirées par un Bukowski maniaque, hurlée avec frénésie par un homme possédé.

Et là s'en suit une série de comparaisons faciles mais tellement évidentes. C'est MC5 encore plus MC5. C'est Fugs qui a oublié de se marrer. C'est New York Dolls dépressif. C'est un Mclusky dans le couloir de la mort. C'est Roxy Music torturé. C'est gratuitement provocateur, c'est résolument moderne. C'est criminel de passer à côté. Ne paniquez pas. Essayez. On n'en décroche plus.


Parfait   17/20
par Devil boy


 Moyenne 14.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 30 septembre 2006 à 15 h 02

Mono, ce nouvel album a fait les gros titres des magazines à sa sortie en 2001.
Il parait que Dave Grohl et Courtney Love en sont fans. C'est plutôt encourageant et séduisant comme critères !
Et à l'achat de l'album, de la première écoute à ma dernière en date, c'est plutôt de la déception que je ressens tout au long de l'album.
Pourtant les ingrédients sont là, une batterie surpuissante, des guitares acérées prêtes à vous envoyer dans le décor, une voix criarde et énergique, des atmosphères plutôt réussies..
Mais, il semble que The Icarus Line tombe dans le déjà vu, on reconnaît ici et là les groupes garage des années 60, les MC5, les Stooges. On ajoute aussi une touche de hardcore californien (The Adverts, Black Flag, At The Drive-In) et cela donne ce premier opus...
Malheureusement, les compositions s'oublient vite, malgré de bonnes trouvailles et prouesses techniques.
On sent les gars se faire plaisir et bien carrés, et c'est déjà énorme. Mais pour ce qui est de l'efficacité des compos, on préférera Refused ou Vision of Disorder.
Bref, un bel album mais pas si sensationnel que ça pour ce genre de style saturé de nombreux groupes de qualité et en manque de reconnaissance.
Correct   12/20







Recherche avancée
En ligne
240 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?