Juliana Hatfield

Only Everything

Only Everything

 Label :     Atlantic 
 Sortie :    mardi 28 mars 1995 
 Format :  Album / CD  Numérique   

Aussi à l'aise pour mettre en avant le talent des autres (Evan Dando, Matthew Caws, Paul Westerberg) que pour régulièrement sortir des albums souvent épatants, Juliana Hatfield sortait en 1995 ce qu'elle a appelé son "album à la Jay Mascis". Loin de Juliana l'idée de chanter comme Jay -dieu merci- mais plutôt de sonner comme ses distinctives guitares et à ce titre Only Everything envoie du lourd d'entrée de jeu : "What A Life", le français approximatif de "Fleur De Lys", "Universal Heart Beat" et son refrain iconique ("a heart that hurts is a heart that works"), le heavy jamais lourd "Dumb Fun" et il n'en faut pas plus pour qu'on se dise que si elle tient ce rythme on fonce vers un très très grand album.

Mais, elle ne le tient pas.

Malheureusement ce qu'on va appeler le ventre mou de Only Everything s'égare et balbutie en mid tempo se ressemblant tous un peu. Parfois la magie opère (très beau "My Darling", "Outsider", "Congratulations") mais il nous arrive aussi de nous sentir dans des eaux dangereusement proches d'une scène de câlin habillé d'une série ado ("Bottles And Flowers", "Hang Down From Heaven"). Si Only Everything sonne comme un album de son temps, indé alternatif 90s toussa toussa, il n'en porte pas pour autant de diffamants stigmates le cantonnant à un rôle de bonbon nostalgique de nos années boutonneuses, il y a assez de belles et grandes choses ici -comme dans toute la très recommandable discographie de Juliana- pour y revenir régulièrement, même s'il semble évident qu'ici et là un petit coup de sécateur s'impose parfois. Only almost everything, donc.


Sympa   14/20
par Granpa


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
336 invités et 1 membre :
Thebluegoose
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?