Griffon

O Theos, O Basileus

O Theos, O Basileus

 Label :     Les Acteurs De L'Ombre 
 Sortie :    vendredi 23 octobre 2020 
 Format :  Album / CD  Numérique   

Pour simplifier la chronique, nous appellerons ce deuxième album de Griffon O Theos, O Basileus au lieu de son titre grec original, album qui constitue donc mon véritable premier contact avec le black metal pratiqué par le quintette parisien. En effet, le split Atra Musica avec Darkenhöld était bien trop spécifique (acoustique notamment) pour que je puisse prendre la pleine mesure de la qualité du groupe.
C'est chose faite avec ces huit nouvelles compositions qui délivrent un black rapide et puissant, souvent épique dans ses ambiances, légèrement symphonique mais qui sait surtout rester brutal, sans quoi Griffon n'aurait sans doute pas trouver grâce à mes yeux. Musicalement, on sent bien que même si la formation a une approche classique du style, il y a néanmoins la volonté d'y inclure des passages que l'on pourrait qualifier de progressif, cela étant notamment permis par la haute maîtrise instrumentale des musiciens. Chacun excelle à son poste, avec notamment un bassiste très au-dessus de la technique moyenne et qui apporte groove et rondeurs aux moments plus posés.
C'est d'ailleurs cette aisance rythmique qui, régulièrement, fait décoller des riffs qui sans cela seraient peut-être encore trop traditionnels pour être autre chose que simplement bons. Idem pour le claviériste qui, lui aussi, ne se contente pas d'appuyer sur ses touches pour générer des nappes sonores. Il joue, compose de belles parties de piano et, là encore, cela fait toute la différence dans le rendu final.
En définitive, et même si cela peut sembler paradoxal, c'est par le talent individuel des musiciens que j'en suis arrivé à apprécier la musique de Griffon, alors que bien souvent c'est d'abord l'impression globale qui prédomine avant de se pencher sur le travail de chacun. Avec Griffon, la France compte donc un excellent représentant d'un black classieux et orchestral, sublimement habillé dans son digipack impeccable et doté d'une production d'excellente facture. Sans doute un incontournable de cette fin d'année pour tous les amoureux du style.


Bon   15/20
par Arno Vice


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
228 invités et 2 membres
Interpolian
Dale
Au hasard Balthazar
Sondages
Parmis ces biopics musicaux, lequel préferez vous ?