Samantha Crain

Kid Face

Kid Face

 Label :     Full Time Hobby 
 Sortie :    mardi 19 février 2013 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

Samantha Crain est originaire de l'Oklahoma, pays au nom si beau, elle a 25 ans quand sort Kid Face en 2013, son troisième album. Comme Buffy Sainte-Marie d'origine Cree, ou Mariee Sioux à l'ascendance Paiute, Samantha Crain est amérindienne, du peuple Choctaw. Comme ces deux chanteuses, sa musique s'inscrit dans la longue et vieille tradition folk américaine.
Kid Face est enregistré au Tiny Telephone (où sont passés Sleater-Kinney, Yann Tiersen, Nada Surf, etc) à Oakland en Californie, qu'elle a déjà fréquenté en 2012, et où elle retournera pour son quatrième album. John Vanderslice, propriétaire de ce studio et musicien, est également le producteur de l'album.

Le permier morceau, "Never Going Back", est une entrée énergique et efficace dans l'album, un véritale hameçon. C'est pourtant au deuxième que le charme musical opère, "Taught To Lie" est un peu mélancolique, mieux construit, la voix plus grave. La chanson "Kid Face" est dans une veine similaire, avec un chant fier et robuste, une compostion qui montre bien tout le talent de S.Crain.
"Paint" est une des chansons que je préfère, la guitare répétitive ponctuée de quelques notes de basse et de piano met vraiment en valeur la voix superbe, dense, de Samantha Crain, c'est une musique hors du temps qui aurait pu être enregistré par les Lomax comme héritage d'un vieux folk aux racines perdues dans le temps, un moment de grâce. Le court "The Pattern Has Changed", joué au piano, procure les mêmes émotions.
Le bassiste, Brine Webb, mène seul "Churchill", sur lequel S.Crain vient poser un chant résigné. La démo proposée sur le disque bonus, jouée à la guitare avec un peu de violon, est beaucoup plus traditionnelle.
"Sands Paintings" est le titre le plus réussi de Kid Face. C'est un des rares joué avec une batterie, dont les balais ici évoquent le mouvement du sable. La musique y est plus riche, une guitare électrique sous-jacente émerge de temps en temps, une steel guitar y apparaît, des sifflements d'oiseaux. La construction du morceau évoque la musique traditionnelle amérindienne, cas unique sur l'album. La démo présentée en bonus est plus agressive, plus brute, avec une fin différente. Cette version primitive aurait tout aussi bien pu figurer sur l'album.
L'ultime "We've Been Found" finit calmement Kid Face.

Outre les deux démos citées le disque proposé en supplément comporte la chanson "Cut It Out", inédite et un peu faible, on comprend qu'elle ne figure pas sur l'album.
Et deux reprises. Paleo est l'auteur de "Mournful And Slow", il y a un côté delta blues sur ce titre qu'on ne trouve nulle part sur l'album, ce qui le rend digne d'intérêt. Puis pour terminer, un titre de Diane Izzo, chanteuse folk à la voix éraillée. "Neverborn", interprété assez fidèlement, est un bel hommage à cette artiste disparue trop tôt.


Très bon   16/20
par NicoTag


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
290 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Fermez les yeux, je vous dis "Musique", vous voyez :