The Callstore

Save No One

Save No One

 Label :     Talitres 
 Sortie :    lundi 20 octobre 2014 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

Sur la pochette grise, un homme seul, tête baissée, nous fait face ; au dos une porte déglinguée fermée. A l'intérieur, ce même homme de dos sort par cette porte.
L'album s'appelle Save No One, l'homme c'est le musicien The Callstore, il est aussi chanteur, compositeur et producteur.
The Callstore se nomme Simon Bertrand, brestois de naissance et londonien d'adoption. Ce qu'on retient tout de suite une fois passé le premier morceau, presqu'instrumental, c'est sa voix, grave et profonde, qui marque les oreilles à la première syllabe et fait penser à David Martin du groupe I Like Trains, eux aussi chez Talitres, et à un autre breton à la voix grave, Bertand Belin.
Plus qu'un album proprement dit on a affaire à une collection de chansons dont on a l'impression qu'elles ont été enregistrées sur une longue période, il y a une variété de styles, plus ou moins folk, plus ou moins électrique-électronique, toujours âpre et brumeux, ce qui fait le commun ; et qui s'accorde fort bien avec le chant en phrases courtes.
Les morceaux électriques sont tranchants, tendus. La boite à rythmes, ou plus exactement la Playstation comme c'est indiqué sur le site du label, est robotique sans être binaire ni simpliste, les claviers sonnent sur certains morceaux ("Thou Shall Be Broken") comme Dave Greenfield des Stranglers, sur d'autres comme "In Between Tricks The Magician Bows" c'est carrément eurodance et conflictuel avec le reste du titre.
Sur Save No One, les titres calmes un peu plus parlés que chantés, plutôt folks, plus dépouillés tel "Come On Then" sont les plus intéressants. Comment faire si beau avec si peu ? Les joyaux mélancoliques que sont "The Letting Go" et "Sad Sometimes" sont ici pour le montrer. Et font regretter qu'il n'ait quasiment plus rien publier depuis cet album. Il me fait penser à Lautréamont, si vite retourner Isidore Ducasse après ses Chants de Maldoror.
Un album sorti dans la discrétion, un de ceux que l'on offre en disant : " tiens, écoute, tu seras pas déçu. "


Très bon   16/20
par NicoTag


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
146 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?