E.b. The Younger

To Each His Own

To Each His Own

 Label :     Bella Union 
 Sortie :    vendredi 08 mars 2019 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

Midlake existe-il toujours ? C'est la légitime question que l'on peut désormais se poser, puisque nous avons eu droit, depuis deux ans, à divers projets des membres du groupe de Denton. Tout d'abord BNQT en avril 2017, sorte de consortium de haut niveau du rock indé rassemblant, en plus d'Eric Pulido, Joey McClellan, McKenzie Smith et Jesse Chandler de Midlake, rien de moins qu'Alex Kapranos (Franz Ferdinand), Ben Bridwell (Band of Horses), Fran Healy (Travis) et Jason Lytle (Grandaddy) pour un Volume 1 de très bonne tenue (un deuxième serait en préparation avec de nouveaux collaborateurs dont, peut-être, l'immense John Grant). C'est ensuite Paul Alexander qui, au sein de Two Medicine, a proposé le très psyché Astropsychosis en novembre 2018. Et enfin, en mars 2019, c'est Eric Pulido, leader de Midlake depuis le départ de Tim Smith du groupe en 2012 (et dont on attend toujours désespérément des nouvelles fraîches de Harp, son projet au long cours), qui se lance en solo sous le nom d'E.B. The Younger (E.B. pour Eric Brandon, de son nom complet Eric Brandon Pulido) avec un premier album intitulé To Each His Own.

Toujours flanqué de Joey McClellan, McKenzie Smith et Jesse Chandler, auxquels se sont ajoutés de nombreux musiciens, dont surtout l'intégralité des Texas Gentlemen, Beau Bedford en tête, Pulido semble davantage suivre la voie de BNQT que celle de Midlake, en cela que la musique qu'il délivre sur To Each His Own paraît bien plus relâchée et décontractée que les partitions solennelles et cérébrales habituellement fournies par sa formation originelle. Mais comme cette dernière, il convoque aussi largement le meilleur de la pop des 70's (Eagles, Harry Nilson, Fleetwood Mac, Dennis Wilson et j'en passe) et en retient surtout le côté chaleureux, les mélodies et harmonies vocales évidentes et travaillées. En découle un disque éminemment sympathique, d'écoute très aisée et agréable, mais tout de même mâtiné d'une certaine mélancolie. Quelques morceaux se distinguent : "Don't Forget Me", avec ses différents mouvements et la voix séduisante de Pulido, "Out of The Woods", qui épouse un peu le même schéma, "Monterey", doux et entraînant, "A Matter of Time", ses chœurs et sa soyeuse mélodie, ou encore "To Each His Own", richement arrangé (flûte, claviers) et qui termine l'album sur une note suspendue et mystérieuse.

To Each His Own s'avère donc un remarquable premier essai pour Eric Pulido, abouti, délicat et qui respire comme aucun autre album du Texan. Reste maintenant à savoir s'il lui donnera une suite immédiate ou s'il réactivera d'abord Midlake et/ou BNQT (et dans quel ordre). Toujours est-il qu'il dispose de plusieurs cartes entre ses mains (des atouts maîtres oserais-je même dire) et qu'il me tarde déjà de connaître la suite de ses aventures.


Parfait   17/20
par Poukram


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
112 invités et 2 membres
Poukram
Dylanesque
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans quelle tranche d'âge vous situez-vous ?