Noname

Room 25

Room 25

 Label :     Auto-produit 
 Sortie :    vendredi 14 septembre 2018 
 Format :  Album / Numérique   

Dans la nouvelle grande famille de la neo-soul, je vous présente Noname. Noname est toute douce, toute smooth mais elle a aussi la langue bien pendue et pas pour dire n'importe quoi. Femme contemporaine , bien dans son époque, elle nous propose une musique tantôt r'nb, tantôt soul ou hip-hop. En parlant de rap, la demoiselle possède sans doute le flow le plus cool du monde, très irrégulier, rarement tout à fait sur le temps fort, ça groove complètement.
Le style neo-soul n'est pas très défini (en tout cas dans ma tête), mais ça me permet de ranger des artistes contemporains qui ont en commun une sensibilité hip-hop, vintage, assemblant des sons venus d'un peu partout dans le passé pour offrir une musique résolument actuelle et même un peu du futur. C'est inventif et créatif voilà tout, et personnellement c'est ce que je recherche presque en priorité quand je pars en mission de découverte dans la mine d'or Bandcamp (perso c'est mon app de chevet, tellement je peux y passer du temps).

Ce Room 25 est plus varié et affirmé que l'album précédent Telefone. Après le hip-hop revendicateur de "Blaxploitation", le groove tout doux de "Window" et de "Regal", elle envoie une perle sucrée qu'on aurait pu retrouver dans la bande originale d'une Croisière S'amuse new look: "Montego Bae", une friandise dont on ne pourrait se lasser.
Mais Noname est talentueuse dans tout ce qu'elle tente, on a aussi droit à une espèce de pastiche trap qui tape dans le mille à tous les coups: "Ace". Ça commence presque comme un tube r'nb mielleux, puis vient le rythme et le phrasé typiquement trap (avec autotune léger et tout ce qui va avec); melé avec le flow irrégulier de Noname ça fonctionne à merveille. Ca marche parce que la mélodie a son petit twist et pcq chaque son est à sa place. C'est du beau boulot, y a rien à redire. En outre, chaque titre comporte ce petit twist qui le rend spécial et intriguant. Que se soit la percu chelou de "Part of me", la descente de note dans la mélodie de "Ace", ou la ligne de basse étrange du dernier morceau de l'album (ainsi que son clavier retardataire). On ne s'ennuie jamais et le travail sur le son est presque du niveau d'un Frank Ocean. C'est dire la qualité du bonbon, n'est-ce pas?
Alors les amis, foncez et empiffrez vous, l'écœurement est impossible tellement c'est bon.


Parfait   17/20
par Happy friday


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
146 invités et 1 membre :
Thebluegoose
Au hasard Balthazar
Sondages
À quoi te fait penser le design actuel du site?