Tajak

Ciclos

Ciclos

 Label :     Buh Records 
 Sortie :    lundi 17 septembre 2018 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

Tajak est un groupe mexicain signé sur un label péruvien (Buh Records)...

Époque formidable ! Le groupe est passé cet automne en Europe et même à Paris...Peu de gens devaient les connaître...Moi-même je regrette bien de ne pas les avoir entendu en live, tellement leur dernier album est bon. Évidemment, je n'ai pas traversé l'Atlantique et encore moins vécu dans les milieux underground de Mexico pour m'intéresser au groupe ! Non je me suis cloîtré chez moi un peu plus que d'habitude, plongé dans ma stéréo et j'ai erré sur le net, pour, de fil en aiguille avoir l'œil attiré par une pochette... Des scarabées colorés agglutinés sur une fleur. Magnifique et inquiétant ! Lecture du pitch : "Shoegaze Psychedelique Hypnotique mexicain"...hum voilà un cocktail intriguant... Bardo Pond, Sunn O))),My Bloody Valentine...Des références à tous les groupes que j'aime...Alors j'ai acheté l'album d'un clic, sans même l'écouter par nostalgie de ces hésitations chez le disquaire face à un groupe à la pochette alléchante qu'on n'osait pas écouter, de peur d'être déçu...Et puis on rentrait bien vite à la maison pour déflorer l'objet...Heureusement le téléchargement maintient un semblant de suspens.

On entre dans l'album par un sas de guitares sauvages et saturées. La basse martèle, soutenue par une rythmique de bucheron... Des chœurs noyés de réverbe en arrière plan. Break pour absorber on ne sait quelle vapeur toxique. Et ça repart, plus lent comme empêtré dans ses larsens. Un My Bloody Valentine sous valium.
Second morceau, lente procession avec une basse lancinante et hypnotique qui n'en finit plus de ralentir. Un chanteur qui psalmodie sur un tapis d'orgue, la musique nous égare, une flûte nous emporte ailleurs. Un coup de caisse claire nous sort de cette agréable torpeur et la basse nous invite pour la seconde partie de la cérémonie !
Puis une incartade dans une new-wave punkoïde étrange et décalée, assez irrespirable avec ces guitares acérés qui donnent trop peu d'oxygène...
Les morceaux s'enchaînent ; tous aussi bons. Des murs de guitares auxquels on aime se frotter ou se cogner, des tempos toujours plus lents, une tension permanente...
Ce "Drop" qui porte bien son nom : une intro, un break et plouf un saut dans une mare pleine de disto. On dirait un vomi de Warlocks... Et en plus c'est plutôt bien produit, certainement parce que les membres du trio ont fait leurs études dans le son...

Ciclos est donc bien ce petit bijou poisseux à souhait que tout amateur de Noisy ou Shoegaze sera heureux de sortir afin d'admirer ses facettes imparfaites et complètement scotchantes!


Exceptionnel ! !   19/20
par Naum


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
348 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Les Pochettes de disques, elles vous font quel effet ?