Julia Holter

Ekstasis

Ekstasis

 Label :     Rvng. Intl. 
 Sortie :    jeudi 08 mars 2012 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

Il y a des gens agaçants par leurs qualités. Julia Holter en fait partie : musicienne douée et compositrice inspirée, intelligente et charmante... Disons-le tout de suite, je suis tombé amoureux de cette californienne dès la première écoute de son quatrième album Have You in My Wilderness, quelques semaines avant de la voir en plein soleil sur la scène du Fort à la Route du Rock 2016. Enfin, pas dès la première écoute : d'abord impressionné par cette voix aérienne et par l'univers sonore extrêmement sophistiqué - mais néanmoins mélodique - au dessus duquel elle plane, je me suis lentement familiarisé avec cet album, avant d'aller explorer les deux précédents. Et puis, progressivement, Ekstasis - son deuxième album, dont il est question dans cette chronique, au cas ou vous l'auriez oublié - a pris le pas sur les autres : un motif entêtant s'est imposé à moi, une sorte de mazurka mécanisée jouée du bout des doigts. Ce motif est devenu une chanson que j'écoute encore en boucle deux ans après ("Für Felix"), et m'a donné un point de repère au milieu de ce voyage musical particulièrement dépaysant. Julia a beau venir de Californie, sa musique évoque plutôt la Laponie ou l'Islande, de grands paysages glacés dominés par de furtives aurores boréales. Ou plus prosaïquement, Cocteau Twins produit par Brian Eno.
A mon grand regret, je n'ai pas retrouvé la fluidité de cet album sur le suivant, Loud City Song, et Julia est partie vers d'autres contrées plus organiques, plus jazzy et plus accessibles à partir du quatrième. Tant pis, je continue de me passer régulièrement cet album qui porte bien son nom, en général le soir, pour effacer les bad vibrations de la journée.


Exceptionnel ! !   19/20
par Myfriendgoo


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
150 invités et 1 membre :
Zebulon
Au hasard Balthazar
Sondages
Parmis ces biopics musicaux, lequel préferez vous ?