Stella Chiweshe

Kasawha: Early Singles

Kasawha: Early Singles

 Label :     Glitterbeat 
 Sortie :    vendredi 14 septembre 2018 
 Format :  Compilation / CD  Numérique   

Depuis tout petit je suis fasciné par cet instrument, ces lames de métal fichées dans un bout de bois. Il m'aura fallu 25 ans pour en apprendre le nom : le mbira. Sonorités douces, joué du bout du pouce, timbre mystérieux, sans âge, il y a quelque chose d'immédiatement apaisant qui m'a toujours donné l'envie que quelqu'un m'en joue pour m'endormir, en guise de berceuse. Mais voilà que j'apprends qu'à plusieurs milliers de kilomètres de mon petit lit douillet et de mes rêves de douceur, à l'autre bout du monde, au Zimbabwe, le mbira permet de téléphoner aux morts.

Stella Chiweshe, mibra-sceptique (pour celle qui grandit biberonnée au rock'n'roll, les traditions du peuple Shona ne comportent que peu d'intérêt) convertie sur le tard à l'art des lames métalliques ancestrales - suite à une expérience mystique, a trimé pour devenir la "Reine" en son domaine. Douée par nature pour l'écriture de nouveaux classiques, Stella est cependant obligée de se former elle-même (aucun instructeur n'acceptera de la prendre) et d'emprunter un instrument pour enregistrer ses premiers morceaux (idem, aucun orfèvre n'acceptera de lui en construire un). Dur d'être une femme qui tente de faire entendre sa voix dans une tradition d'hommes.

Mais l'histoire se termine bien : aujourd'hui, Stella est sans doute la plus renommée des artistes mbira. Le présent objet ne s'intéresse pas aux heures de gloires de la dame, plutôt à l'aube de sa carrière, à des singles dont la plupart n'ont jamais été publiés. On y entend les percussions mystiques, de curieuses percussions "balayées" (je ne sais pas comment le dire autrement, vous comprendrez en écoutant) et la voix puissante et légèrement éraillée de Chiweshe. Les instruments sont arrangés en polyrythmes qui créent une impression de relance continue et infinie, et chaque timbre est méticuleusement distingué des autres dans le mastering, donnant une clarté impressionnante au son et le sentiment de se trouver véritablement plongé au milieu des musiciens. Avec une carrière qui commençait sous de pareilles auspices, pas étonnant que la grande dame se soit élevée jusque sur le trône. Merci à Glitterbeat (qui nous avait déjà apporté le superbe Communion de Park-Jiha plus tôt dans l'année) de nous permettre de redécouvrir ces perles brutes.


Très bon   16/20
par X_Wazoo


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
162 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Levé du mauvais pied, je suis plutôt "réac'n roll" : Ras-le-bol...