Simon Love

"Sincerely, S. Love X"

"Sincerely, S. Love X"

 Label :     Tapete 
 Sortie :    vendredi 06 juillet 2018 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Vous regardez la pochette de "Sincerely, S. Love x", vous pouvez vous dire que Simon Love est Anglais ; cette coupe de cheveux, ce regard, cette chemise – oui c'est du délit de faciès, mais au moins on sait direct à quoi s'attendre... Et pourtant Simon Love ou Simon FUCKING Love pour les intimes ("The Ballad of Simon Love" pur hit) ou Simon Stone de son vrai nom – ça fait beaucoup de Simon en 1 paragraphe – bah il n'est pas du tout Anglais, il est Gallois le gaillard ! L'illusion est tout de même là, monsieur crèche à Londres depuis longtemps et sa musique s'inscrit dans la pure tradition British des Kinks, Paul Weller, blur (pré-97) et Miles Kane : du Rock, de la Pop, des mélodies efficaces, de l'humour, plein d'humour et des paroles sur le quotidien Britannique notamment sur sa femme, ses amis et les autres évidemment... Ah et Joey Ramone aussi, sans Punk, mais avec de l'orchestration... Il est fou ce mec ! Ils aiment bien dessiner des portraits de leurs contemporains les Britanniques, conter des histoires de monsieur et madame tout le monde et nous on aime les écouter.

Ce beau disque ne va pas révolutionner le paysage UK, mais il va permettre au moins de passer un très bon Été accompagné d'un disque joyeux (Face A) / faussement mélancolique (une bonne partie de la Face B). Après je parle d'un bel album, mais ce gars propose quand même en piste d'ouverture une chanson qu'il a offert en cadeau de mariage à sa femme : "God Bless The Dick Who Let You Go" – ce titre quand même – il lui dédie également et tout naturellement "I Fucking Love U" ; oui c'est beau l'amour, encore plus quand les cordes entrent en scène – justement dosées sur cet album d'ailleurs, il y a un beau travail de production à saluer. C'est entraînant, ça donne envie de bouger et de siffler tout en gardant une certaine nonchalance. Oh il peut bien se faire passer pour un branleur... Un branleur n'aurait jamais autant soigné son écriture ; je ne parle pas des "fuck", "fucking", "dick", "arse" etc... Je parle bien des mélodies et des refrains qui s'immiscent dans nos cerveaux pour longtemps. Ah et je n'ai pas parlé des Beatles au-dessus, mais on peut entendre leur influence ici et là, notamment dans les chœurs de "All This Dicking Around (Is Bringing Me Down)" qui font assez "All You Need Is Love" avec un tempo un peu plus lent.

J'y suis allé pour la pochette, j'y suis resté pour la musique !

Et parce que cette citation est magique, je lui laisse le mot de la fin : "Please buy the album, my son eats like a horse and he needs new shoes. Sincerely, Simon Love x".


Parfait   17/20
par Beckuto


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
183 invités et 1 membre :
Poukram
Au hasard Balthazar
Sondages
Où habitez vous ?