A Subtle Plague

No Reprise

No Reprise

 Label :     Grosse Rose 
 Sortie :    1995 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Avec "No Reprise", A Subtle Plague signe un album incroyable, que l'on aurait pu appeler également "No Bad Song".
Et oui, "No Reprise", c'est 12 morceaux au son énorme, riche et dépouillé, noise et accoustique, crade et clair. L'alternance des chants masculin/féminin, les 3 guitares jumelles, indissociables et complémentaires, la basse énorme et la batterie toujours efficace balancent leur pop-punk avec une justesse incroyable. Les émotions sont aussi au rendez-vous : rage, passion, mélancolie, fureur, rebellion, frustation.
Conclusion : on s'en prend plein les dents, et on est content. A écouter comme le roquefort : très fort.


Excellent !   18/20
par X_Shape104


 Moyenne 17.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 21 septembre 2005 à 23 h 02

Le groupe californien produit en France frappe fort avec cet album.

Douze titres, chant féminin et masculin enchevêtrés, énergie punk et sensibilité pop, guitares rageuses, toutes les conditions sont réunies pour bien faire. De plus, A SUBTLE PLAGUE bénéficie de la production de Giorgio Canali, Frédéric Vidalenc et Bertrand Cantat -excusez du peu- au Châlet, à Bordeaux.
Ca commence fort avec "Young Girl" et le chant clair d'Analucia Da Silva, puis le morceau s'emballe avec l'arrivée de Pat Ryan et son chant déchiré, colérique. "I Separate" arrive alors, et cette fois ce sont les deux collegues qui chantent l'intro ensemble, Analucia se chargeant superbement du refrain. Les guitares appuyent les deux comparses, de même qu'une rythmique percutante : mémorable !
Sur "Same Story", c'est cette fois Pat qui prend le relais d'Analucia, donnant une teinte très rock au morceau, avant que finalement, les deux voix n'alternent magnifiquement, le coté rageur du titre étant interprêté par Pat et le côté plus mélodique par Analucia. On a alors droit à un titre quasi hardcore, "Microfaction", avec un break de grattes mélodiques, superbe. Le reste de l'album est à l'avenant, la magie opérant sans discontinuer. A remarquer, le titre "I Wanna Kill The President" introduit par un <<I wanna kill the president/Sodomise him when I'm done ...>> et la reprise du "Ship Song" de Nick Cave.

Un album varié, énergique et de haute tenue.
Parfait   17/20







Recherche avancée
En ligne
771 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques