Orb

Naturality

Naturality

 Label :     Flightless / Castle Face 
 Sortie :    vendredi 06 octobre 2017 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

Naturality surprend dès la première seconde, "Hazelwart" ouvre le disque accompagné par de petits bruits synthétiques et d'une basse toute douce quasi berçante... ORB aurait changé ? Batterie et guitare électrique furieuses arrivent et la réponse est NON !

Enfin, pas un non catégorique, on peut déjà entendre qu'un petit truc a changé, est-ce le son de la guitare fuzz ou le simple fait que la production soit montée d'un cran ? L'héritage Black Sabbath est toujours présent. Très vite le groupe va quand même démontrer qu'ils ne sont pas qu'un simple groupe de remplacement (comme si on pouvait les remplacer...) et surtout qu'ils sont capables d'évoluer intelligemment, sans se perdre. C'est assez troublant au départ, mais imaginez que Syd Barrett soit à la place d'Ozzy et qu'il devient le compositeur principal... "A Man In The Sand" et "You Are Right" (cette basse !) en seraient les résultats plus que convaincants. Une guitare acoustique et un synthé accompagnant le trio d'instruments habituels pour faire du space-rock dans ORB ?! Quelle bonne surprise ! Le groupe décide d'emmener leur Heavy-Doom vers des contrées plus psychédéliques et le font de nouveau avec une sacrée maîtrise. L'esprit Blue Öyster Cult n'est pas très loin non plus. Pas d'inquiétude à avoir pour tous ceux qui ont adoré leur premier opus, ils n'ont pas non plus pris un énorme virage, "O.R.B." est là pour vous rassurer, tout ce que vous avez délicieusement ingurgité vous est de nouveau servi, près de 9 minutes d'excellents riffs, de coups dans le ventre, de différents mouvements cohérents, du Heavy Progressif – un pur bonheur auditif. La Face A que l'on va qualifier d'osée se termine comme elle a commencé, avec les bruits synthétiques et la douce basse, il semble que ce soit un thème pour l'album qui risque de revenir.

La Face B est de suite plus "classique", continuant l'œuvre entamée avec le précédent disque. C'est celle où l'on ne boude nullement son plaisir en se délectant de compositions toutes aussi réussites les unes que les autres ; ces gars vont me rendre fou à enchainer les bombes aussi facilement. Par petites touches ils essayent d'apporter du neuf à leur son, la dernière partie bien groovy de "Immortal Tortoise", l'intro et les breaks aériens acoustiques de "Flying Sorcerer" et surtout l'aspect Pink Floyd de "Rainbow's End" – comme je l'ai dit plus haut, c'est Barrett qui entre dans la bande de Sabbath et en prend le contrôle sauf que Geezer Butler ne se laisse pas faire et on a là un combat de titans qui sert la musique ; à croire que les gars du groupe ont décidé de mettre les 2 perles à la fin de chaque face. Et le disque se termine par ? Pas la peine de le préciser vous avez sûrement deviné.

ORB a réussi à rendre Naturality aussi bien voir meilleur (mais de peu) que Birth ; le challenge semblait insurmontable, bien heureux qu'ils aient prouvé le contraire. Longue vie à eux.


Excellent !   18/20
par Beckuto


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
119 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Parmis ces biopics musicaux, lequel préferez vous ?