The Orwells

Terrible Human Beings

Terrible Human Beings

 Label :     Atlantic 
 Sortie :    vendredi 17 février 2017 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

L'histoire du rock est souvent, depuis Elvis, l'histoire d'artistes traînant derrière eux un parfum de scandale. Un des plus récents exemples s'appelle The Orwells. Ces cinq ados (attardés ?) viennent de la banlieue de Chicago et n'ont clairement pas autant d'audience ni de potentiel disruptif (Macron sort de ce corps) que les Beatles, les Sex Pistols ou Nirvana. Ça ne les empêche pas de disposer d'un certain talent mélodique, comme le prouve leur troisième album Terrible Human Beings. Je vous avoue que je n'ai pas poussé le vice jusqu'à aller déterrer les deux premiers.

Soyons clairs, l'aspect scandaleux ne vient pas de leur musique, un rock assez classique qui a bien appris ses leçons d'histoire. Comme avant eux The Hives, Art Brut ou plus récemment Parquets Courts, avec des démarches et des résultats variés, The Orwells puisent dans la putasserie sixties accélérée par le punk et garnie des distos Chantilly des années 90. On pourrait très grossièrement résumer ça par The Jam avec le son des Pixies. C'est direct, efficace, groovy, sans fioritures mais très radio friendly. Et on a beau avoir entendu ça des dizaines de fois, ça fonctionne toujours. Ces messieurs poussent le vice jusqu'à terminer leur album par un morceau de plus de sept minutes avec une fin gentiment noisy. Scandaleux, je vous dis.


Bon   15/20
par Myfriendgoo


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
124 invités et 2 membres
X_Lok
Arno Vice
Au hasard Balthazar
Sondages
Selon vous, quel intérêt les side-projects offrent-ils au rock indé ?