Brian Case

Spirit Design

Spirit Design

 Label :     Hands In The Dark 
 Sortie :    vendredi 25 août 2017 
 Format :  Album / Vinyle  Numérique   

Comment aller encore plus loin que Tense Nature, sorti l'an dernier ? Comment se fondre dans la psyché de Brian Case, comment être celui qui fait que les fils se touchent, que la fusion s'opère comme il faut, être le tout et le néant. Pourquoi tout cela semble si familier, cet alignement désordonné de sons, de variations, de beats parfois, de profondeurs dans lesquelles on s'enfonce sans jamais penser à regarder derrière, juste suivre l'espèce de Lapin Blanc qui nous mène dans ce délire magnétisant, répétitif mais tellement inattendu à la fois.
Inattendu comme ce moment parfait où la voix de Brian nous parvient et frappe nos tympans, on se délecte de ces moments où son phrasé si particulier vient hanter le bouillonnement électronique qui lui, imperturbable, continue son chemin vers une direction qui lui seul semble connaître.

Comme si Kraftwerk avait plongé son minimalisme dans un bain de souffre, comme si le manchot se rendait enfin compte que ce n'est pas lui qui est différent, c'est les autres qui ne sont pas comme lui. Une étrange chose se passe à l'écoute de ce Spirit Design, les sons se font presque discrets, ils faut tendre l'oreille pour en saisir toutes les nuances, pour voir la symbiose hypnotique de ces effets, ces petites strates qui n'en font finalement qu'une, chaque élément au service de l'autre, et inversement. Rien n'est là par hasard, cet élément aléatoire n'existe tout simplement pas. Radical, accessible, irritant et attractif, cet ensemble de pistes vénéneuses ne laissera pas indemne. La liberté d'un homme, qui, au travers de ces dix propositions, se joue résolument des attentes, va vous retourner à grands coups de petits bruits, de boucles vicieuses et insidieuses, une torture mentale mais sans la douleur, une immersion, un partage sans limite. Ne perdez pas votre temps à décortiquer ces sons, laissez vous porter jusqu'au "Spirit Design" final, grande messe aux limites du noise ou le mantra se répète, se conjugue, se confond, se fond en nous pour ne plus nous lâcher, malgré le malaise certain dont est empreint ce disque, du début à la fin. Une seule pièce, de multiples mouvements qui se complètent, une expérience qui ne cède rien, surtout pas à la facilité.


Excellent !   18/20
par X_Lok


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
69 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Dans l'idée d'une playlist thématique mais néanmoins hebdomadaire, vous préférez :