Clams

Clams

Clams

 Label :     Finderpop 
 Sortie :    jeudi 30 janvier 2003 
 Format :  Album / CD   

[Chronique en aveugle #19] Le rédacteur ne savait rien de l'identité de l'artiste dont il a chroniqué le présent album


"Diane, je viens de rentrer dans le Bang Bang Bar. Le café est si bon dans cette ville que je dois en être à mon 7ème de la journée. Autant dire que je suis pour le moins excité à l'heure d'y effectuer ma première sortie pour décompresser.

Ce n'est pas un jour de grande affluence au bar, et je ne sais pas qui joue ce soir. Les groupes qui passent au Bang Bang Bar sont rarement connus, mais semble-t-il rarement mauvais aussi. Sans doute la proximité avec Seattle.

J'aperçois quelques visages connus dont ce brigand de Bobby Briggs en train de fricoter avec Shelly Johnson. Depuis que Leo a été transformé en légume, les deux tourtereaux laissent éclater leur amour au grand jour.

Le concert commence dans une atmosphère brumeuse et envoûtante, qui sied parfaitement à cette ville pleine de mystères... Une femme murmure des propos indicibles. Je suis captivé.

Je n'ai rien vu venir, Diane, mais la chanson qui suit est beaucoup plus enlevée avec un guitariste qui donne beaucoup de sa personne et qui exploite à l'envi un panel impressionnant de pédales d'effets. Je ne suis pas très connaisseur mais ces jeunes gens m'ont l'air assez doués. Le chant vaporeux de la demoiselle au charmant minois est fort intrigant. Décidément elles sont toutes jolies dans cette ville. Mon esprit vagabonde et je visualise Audrey Horne. Non, je ne dois pas succomber.

La femme à la bûche vient d'entrer dans la salle, elle me rejoint à la table. "Ma bûche a vu de nombreux concerts et ne trouve rien de bien réjouissant à celui-ci". Cette bûche a toujours des jugements très tranchés. Pour ma part, je me laisse séduire.

Tout d'un coup, tout s'arrête, et revoilà cet énigmatique géant. Celui de mes rêves que je n'ai pas encore réussi à percer. Tout s'est arrêté autour de moi, nous ne sommes plus que deux dans la salle. Le géant me regarde fixement avant de m'adresser un inquiétant "IT IS HAPPENING AGAIN. IT IS ALWAYS THE SAME". Je décèle dans ses propos une once de sarcasme. Généralement ses apparitions n'augurent rien de bon, cette fois il semblerait que ce géant se permette un jugement sur ce groupe. J'ignorais totalement qu'il était mélomane.

Après cette parenthèse quelque peu perturbante, le groupe poursuit son concert, il alterne les morceaux planants et ceux plus énergiques. La chanteuse possède un timbre aigü assez particulier, il ne me déplait pas mais semble en irriter certains dans la salle. Le bassiste aime distiller des notes cajoleuses. Je reprends une tasse de café.

On est déjà dans la deuxième moitié du concert (le 7e morceau si mon compte est bon) et le groupe joue un titre qui ressemble bien à un tube, bien que je ne le connaisse pas. Les premiers rangs reprennent les paroles.
Un jeune homme, entre deux gorgées de bière, soupire "y en a marre de ces groupes indie rock shoegaze, on a que ça dans cette salle !".

Personnellement, Diane, je te recommande de passer dans ce Bang Bang Bar à l'occasion. Les habitués ont l'air mitigés, sanctionnant un manque d'originalité, mais il semblerait bien que Twin Peaks vaille le déplacement, non seulement pour son café, ses tartes à la cerise mais aussi pour ses concerts rock plus que corrects."


Sympa   14/20
par McNulty


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
95 invités et 1 membre :
Gaylord
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques