Serafin

No Push Collide

No Push Collide

 Label :     Taste 
 Sortie :    mardi 29 juillet 2003 
 Format :  Album / CD   

Découvert en première partie de Frank Black & The Catholics, ce groupe cosmopolite (1 Anglais, 1 Ecossais et 2 Néo-Zélandais) délivre son premier album à la suite de ce qui semble être un sacré mic-mac avec Muse. Soit autant d'à priori pas franchement positifs que les 12 titres proposés dissipent peu à peu. Grosses guitares, riffs entraînants, enthousiasme à tout épreuve, c'est frais, sans prétention (à l'opposé des pompiers sus-cités), ça flaire bon le petit album sympa et l'ambiance détendue qui doit régner dans le groupe, même si les compositions s'essoufflent sur la longueur. Pas trop d'influences écrasantes, on les en remercie avec en prime même un tube en puissance ("Day by Day").

Signés par Taste, produits par Dave Sardy (Marilyn Manson, Red Hot Chili Peppers...), le groupe aura fort à faire pour démontrer qu'il n'est pas qu'un simple coup marketing.


Pas mal   13/20
par Sera


 Moyenne 16.50/20 

Proposez votre chronique !



Posté le 13 juin 2004 à 11 h 13

Serafin est peut-être un tout nouveau groupe mais est loin d'être un produit de marketing : Ben Fox Smith (le chanteur et compositeur, avec l'autre guitariste du groupe) a déjà fait ses preuves avec un groupe dont vous vous souvenez peut-être, Stony Sleep, loin d'être commercial ; et Serafin s'inscrit logiquement dans la lignée.
De chansons très puissantes comme "Numerical", "No Happy", "Lethargy" entre autres, à des ballades comme "Peaches From Spain", qui vous donnent la chair de poule.
C'est un album bien réussi et prometteur ; on attend maintenant son successeur "To The Teeth" qui doit sortir fin 2004, début 2005.
Parfait   17/20



Posté le 16 février 2005 à 14 h 33

Classe anglaise oblige : la mélodie est essentielle pour les 4 de Serafin, et ils n'en ont pas peur. De l'intro psyché de "Stephen's In The Sky", à l'outro pachydermique de "Who Could I Be?", le voyage mélodique est périlleux.

Au travers des harmoniques à la Pixies, des grognements nirvanesques (et pas hurlements) et d'une écriture virtuose, ce premier album est la meilleure définition du rock SIMPLE MAIS EFFICACE depuis un bout de temps. Servis par des arrangements minimums et la prod blindé de Dave Sardy (le One Hot Minute des Red Hot, le Water & Solutions de Far, entre autres ...), on ne peut que faire bon accueille au 45mins (env.) du disque.

Cependant Serafin souffre d'une comparaison avec Placebo, pour la rapidité d'exécution de certains de leurs morceaux, plus que pour leur image (qu'ils ne soignent pas particulièrement), et avec Muse pour leur lien au travers de Taste Records. Mais voilà, il y a de quoi torcher les compatriotes par la pertinence de ce seul album : la nonchalance de "No Happy", la beauté de "Ordinarly Me", la maestria de "Numerical", la classe de "Sage Waits", et évidemment les hits "Day By Day" et "Things Fall Apart".
De plus, on ne pourra pas expliquer cette simplicité en les accusant de jeunisme : le groupe, et surtout le chanteur Ben Fox Smith, a déjà bien roulé sa bosse dans Stony Sleep, avec qui il a pondu 2 albums à faire pâlir les détracteurs 'connaisseurs'.

Ce No Push Collide est la bande originale du meilleur de vos étés : celui qui vous fait prendre congé de la médiocrité.
Exceptionnel ! !   19/20



Posté le 11 décembre 2005 à 12 h 25

L'incarnation de 'je fais du rock sale, mais je le fais bien'. Serafin signe ici un album excellent, qu'on écoute non seulement pour les titres phares (à savoir, entre autres "Day By Day") mais aussi pour le reste (à savoir, le reste ^^). Outre le fait qu'il se pête très probablement une corde vocale à chaque chanson, le chanteur Ben Smith (qui rappelle un peu Julian Casablancas de The Strokes, à moins que ce ne soit l'inverse) met de la valeur fortement ajoutée aux 12 titres de ce CD, je me répète, très réussi. Mention spéciale à "Lethargy" et à "No Happy" ... Bravo les gars.
Parfait   17/20







Recherche avancée
En ligne
72 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus