Venn

Runes

Runes

 Label :     Full Time Hobby 
 Sortie :    vendredi 07 avril 2017 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

[Chronique en aveugle #12] Le rédacteur ne savait rien de l'identité de l'artiste dont il a chroniqué le présent album.

Cette chronique a été réalisée "à l'aveugle", c'est à dire sans aucun renseignement sur l'artiste/le groupe, le nom de l'album ou des morceaux ou de la pochette.
Mon jugement se porte donc uniquement et simplement sur la musique (ce qui est en soi un exercice assez difficile).

Premier morceau : Le morceau est assez long, l'intro toute en progression subtile de synthétiseur qui évoque Zombie Zombie. Puis le duo basse-batterie arrive et là c'est carrément Joy Division que ça m'évoque. Puis vient la guitare. C'est doux, posé, calme, tranquille, un peu comme du Neu! ou du krautrock motorik. Au bout d'un moment le tempo s'accélère, accompagné d'effets sonores divers et aprés une petite montée de pression, la voix, trés suave, intervient.

Deuxième morceau : On retrouve la même structure calme et posée, en plus direct. On se passe de l'intro pour rentrer directement dans le vif du sujet. Rythmique motorik douce, ligne de basse répétée, synthé en fond sonore et guitare pleines d'effets. Là c'est The Soft Moon que ça m'évoque, en plus soft.

Troisième morceau : Dés l'intro, des nappes de synthés emplies d'échos et une petite rythmique posent le tempo. C'est calme. La voix du chanteur arrive doucement sur cette douce mélodie. Pas de basse, peu de guitare et de batterie, ce morceau est surtout "posé" autour des synthés.

Quatrième morceau : Beat mid-tempo, retour du duo basse/batterie, d'une guitare à la Robert Smith en fond et d'une séquence de synthé à la New Order. Le morceau est assez long et comporte quelques envolées sympathiques. C'est un peu comme si Adrian Belew se retrouvait chez New Order.

Cinquième morceau : Encore une fois, la rythmique motorik. Encore une fois, quelque chose qui m'évoque Neu! mais aussi, chose étonnante, les Foals. Ca balance un peu plus que les premiers morceaux, on atteint le milieu de l'album.

Sixième morceau : On trouve ici un instrumental, embrumé dans une quantité d'effets sonores, de nappes et de séquences synthétiques. On retrouve ici quelque chose d'assez cinématographique.

Septième morceau : En lien avec la séquence du morceau précédent, ce morceau retrouve la rythmique motorik et le son typé new-wave qui évoque une fois encore The Soft Moon.

Huitième morceau : Interlude instrumental de deux minutes, toujours trés synthétique et cinématographique. La séquence hypnotique évoque le meilleur de John Carpenter ou de Goblin.

Neuvième et dernier morceau : Avec une intro construite sur des échos de guitare et de sons dronesques, le morceau retrouve trés vite le duo basse-batterie et des guitares à la Joy Division. C'est mon morceau préféré de l'album, celui qui m'ennuie le moins.

Car oui, après avoir écouté cet album un petit paquet de fois, je peux en dire que je suis assez fan des sons utilisés, de la production trés marquée début 80 et orientée new-wave/cold-wave. L'album est trés homogène, trop d'ailleurs à mon goût. Les morceaux se suivent et se ressemblent trop. Une lassitude se crée rapidement et il n'y a pas vraiment de moments ou l'album décolle...
C'est un reproche qu'on fait souvent à ma propre musique (j'en conviens puisque c'est délibéré), mais il s'applique ici aussi : ce disque fait trop sentir ses influences. Entre nous, j'ai l'impression d'écouter une version plus édulcorée et plus répétitive de l'album Zeros de The Soft Moon et par conséquent, de m'ennuyer un peu.

Cela étant dit, il pourra plaire aux amateurs de Neu!, de Joy Division ou (évidemment) de The Soft Moon. Ca reste également le type d'album parfait pour travailler ou conduire...


Pas mal   13/20
par EmixaM


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
113 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Parmis ces biopics musicaux, lequel préferez vous ?