MoE

Examination Of The Eye Of An Horse

Examination Of The Eye Of An Horse

 Label :     Wallace & Conrad Sound 
 Sortie :    vendredi 14 octobre 2016 
 Format :  Album / CD  Vinyle  Numérique   

[Chronique en aveugle #9] Le rédacteur ne savait rien de l'identité de l'artiste dont il a chroniqué le présent album.


Six titres pour trente cinq minutes. Soit. Je lance l'album, sans savoir ce que je vais y trouver. Les première notes donnent le ton. Le son est lourd, la basse ronronne, puis vient rapidement le chant. Une voix féminine (même si le terme est peut-être exagéré ici) qui donne dans un registre bien rentre-dedans. Au deux tiers, le morceau bascule dans un genre de chaos sonore ou des sons stridents résonnent tel la fraise du dentiste sur une molaire. Les morceaux vont s'enchaîner alors, sans vraiment de nuances. La basse bourdonne, la batterie est saccadée, la guitare ne se met pas en avant, et le chant est toujours aussi teigneux. Le second morceau, comme le premier, se mue dans sa seconde partie sur une montée en puissance ou le son se fait plus massif que jamais, avant de terminer par une plage de drone. Le troisième morceau, qui démarre pied au plancher, lorgne du côté du hardcore le plus bourrin sans parvenir à me sortir de la torpeur.

Le quatrième titre, surement le meilleur du disque à mon goût sur les six qui le composent, et le seul à se détacher quelque peu du lot, arrive a installer un climat malsain qui va s'intensifier tout du long des cinq minutes trente qu'il dure. Les riffs sont plus inspirés, la voix élargit enfin sa palette, et la montée des deux dernière minutes est absolument dantesque, et même carrément terrifiante. Voilà le genre de truc bien brutal qui parvient enfin à sortir l'album d'un certain marasme, et qui montre le potentiel trop peu exploité à mon goût de la part du groupe. C'est ce genre de morceau que l'on aurait voulu retrouver un peu plus souvent.

Car le disque a du mal à concrétiser les intentions qu'il affiche, et ne parvient qu'à de très rares occasions à vraiment devenir intéressant. La grande répétition entre les morceaux et le manque d'originalité trahissent une écriture musicale faiblarde, là où ce genre de disque se doit d'être en béton armé si il veut tenir la route. On ne pourra pas reprocher au groupe de vouloir aller jusqu'au bout de sa démarche, mais le problème est qu'il n'y arrive jamais vraiment. L'autre problème, c'est la voix. Trop monocorde, pas assez virulente, sans grand relief, elle plombe l'ensemble. Peut-être est-ce dû à mes goûts habituels, mais tout cela manque pour moi de coffre et de hargne.

Je ne sais pas si c'est juste moi qui suit passé à côté de ce disque, il avait des atouts pour me plaire, mais à défaut d'être complètement mauvais, il fait partie de cette catégorie qui est celle des disques qu'on oublie sitôt les avoir oubliés. Et c'est surement la pire.


Passable   11/20
par El rodeo


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
136 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Slammez-vous pendant les concerts ?