Mütterlein

Orphans Of The Black Sun

Orphans Of The Black Sun

 Label :     Sundust 
 Sortie :    vendredi 22 avril 2016 
 Format :  Album / CD  Vinyle   

Mütterlein est un projet fondée par Mario Leclerq, l'ancienne bassiste d'Overmars (dont j'avoue ici ne rien connaître) accompagné d'un certain Christophe Chavanon. Dur de décrire la musique du duo tant elle navigue en eaux troubles, entre dark folk et sonorités industrielles. Et puis il y a cette esthétique ténébreuse, rageuse aussi. Leur premier Ep, puis cet album sont d'ailleurs les toutes premières sorties du label Sundust Records, créé par Vindsal de Blut Aus Nord et Phil de Debemur Morti, et dont la crédibilité de l'un comme de l'autre n'est plus à faire en matière d'exigence et d'extrémisme musical.

Mütterlein fait bien sûr référence au morceau de Nico, dont la filiation avec l'icône gothique ne fait aucun doute, notamment sur "Lesbians Whores and Witches" (quel titre!), qui ouvre le bal. Une noirceur moite, un chant farouche et fier, des nappes d'orgues qui viennent se superposer pour imposer le respect. Cet orgue qui d'ailleurs parcourt tout l'album, comme sur le rampant "Black Dog" et sa mélodie capable de foutre la chair de poule à n'importe quel blackeux (et pas que), et "Heirs of Doom", qui semble déformer le temps, et qui installe l'auditeur dans une langueur sans fin. Mais le duo ne s'enferme pas non plus dans cet unique schéma, et est capable de proposer autre chose. "Mother Black Sun" en est le parfait exemple. Une guitare, des percussions, et un morceau plus apaisé et plus lumineux que le reste de l'album, même si il s'agit d'une lumière sombre, un soleil noir comme peut l'annoncer le titre. Et puis il y a "My War". Sur ces quatre minutes quarante deux, Marion Leclerq hurle, susurre, balance sa colère, sa rage à la face de la terre. C'est sans concession, c'est brutal, c'est d'une sincérité bouleversante, surtout lorsque l'on se pose sur les paroles, où la jeune femme se livre à une véritable mise à nue. Clairement le sommet de cette montagne noire qu'est cet Orphans Of The Black Sun.

Mütterlein livre un premier album impressionnant de rage, de noirceur. On ne ressort pas indemne d'une telle oeuvre, qui ne ménage pas l'auditeur. On comprend aisément le choix de Sundust Records d'avoir choisi cet Orphans Of The Black Sun pour démarrer son activité. On souhaite tant au groupe qu'au label de parvenir à garder un tel niveau de qualité et d'exigence par la suite.


Excellent !   18/20
par El rodeo


Proposez votre chronique !







Recherche avancée
En ligne
329 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :