Dogbowl

Paris [Petit Bain] - samedi 07 janvier 2023

"J'irais bien voir un concert samedi soir, ça te dit d'aller voir Dogbowl au Petit Bain ?"
Je ne peux rien refuser à cette amie très chère que je n'ai pas vue depuis trois ans, en grande partie à cause de mon incroyable capacité à ne plus donner de nouvelles sans pour autant être fâché. J'acquiesce donc spontanément, presque avec enthousiasme, sans avoir jamais entendu ce nom de groupe. Un coup d'œil sur l'événement Facebook me rassure en partie : "Dogbowl All Star Band (feat. Pascal Bouaziz, Michel Cloup et Christian Quermalet). Première partie : The Married Monk". Certes, je ne connais Michel Cloup, pilier de Diabologum, que de réputation, mais au moins je vais découvrir sur scène cette légende du rock indé français. Et puis The Married Monk, ça m'évoque quelque chose, qui me revient dès les premières notes de leur set : une pop élégante et sophistiquée dont j'ai un échantillon sur une vieille black session de Yann Tiersen que je n'ai pas écoutée depuis un paquet d'années.

Me voilà donc au deuxième rang, dans la fosse du Petit Bain, faisant le pari peu risqué qu'il n'y aura pas de pogo : comme a dit mon amie après un regard panoramique sur le public, "y a que des vieux !" Pourtant, le set de première partie des Rennais est énergique et bien rock, mais le public reste statique tout en réagissant avec enthousiasme. Ce premier acte est ponctué par un épisode cocasse : Christian Quermalet, le chanteur-guitariste-clavier, annonce à la fin d'un morceau, de façon énigmatique : "Be ready, Steven". Aussitôt, un vieux bonhomme à lunettes dégarni et dégingandé déboule sur scène, mais c'est trop tôt. Il repart en coulisses et revient pour le morceau suivant. Steven, c'est Stephen Tunney aka Dogbowl. Un personnage singulier, artiste, écrivain et musicien américain, qui déploie ses chansons lo-fi attachantes et ironiques depuis une trentaine d'années, parfois accompagnées de clips homemade et bien barrés, comme je le découvrirai le lendemain du concert.
Dogbowl repart après un duo avec Quermalet, puis revient après le changement de plateau, tout seul cette fois, armé d'une simple Stratocaster sans aucune pédale d'effets. Il a beau oublier une partie des paroles et des accords de ses propres chansons, son naturel désarmant lui permet de ne jamais perdre l'attention du public, dont une partie est il est vrai conquise d'avance. Il faut dire qu'elles sont terriblement catchy, ses chansons : des accords basiques mais une grande variété de tempos et de rythmiques, revisitant l'air de rien une bonne partie de l'histoire du rock en mode loufoque, avec des titres comme "Zeppelin Always Crashing" ou "Hello Helen". "Buddy Holly à la manière du Velvet Underground", comme il l'annonce lui-même avec humour pour introduire une de ses chansons.
Au bout de quelques morceaux, le "all star band" le rejoint : Michel Cloup, le complice, qui a même co-composé un morceau en franglais avec Dogbowl au début de sa carrière : "Nuage, nuage". Pascal Bouaziz, le guitariste qui se la pète un peu avec le gros son travaillé de sa demi-caisse, probablement un peu trop cérébral pour un amuseur comme Dogbowl. Et Christian Quermalet (encore lui), le batteur et le garde-fou de ce set prêt à déraper à tout moment. Entre les morceaux, les réparties fusent au sein du quatuor qui, pour un premier concert dans cette formation, montre une belle complicité et parvient à trouver la bonne carburation entre le mode "excited" et le mode "tired", qu'ils recherchaient lors de leur répétition. Ils se rassurent mutuellement avec humour lorsqu'ils hésitent sur le lancement d'un morceau : "We are professional musicians !"

Je ne m'étendrai pas sur la setlist, j'aurai bien le temps dans les mois qui viennent d'explorer la discographie du bonhomme (et celle de Married Monk, accessoirement). Je me contenterai de m'émerveiller une dernière fois sur les bonnes ondes dégagées par cet extra-terrestre et sa bande de potes. Il reviendra pour un rappel, tout seul, puis ses acolytes le rejoindront pour un final à l'image de ce concert : bruyant, bordélique et musicalement enthousiasmant.


Excellent !   18/20
par Myfriendgoo


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
258 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
On vient de te dire que le morceau que tu as encensé est l'œuvre du groupe que tu conchies le plus