Gallows

Belfort [Eurockéennes - Chapiteau] - dimanche 04 juillet 2010

Il est 18h, j'arrive sur le sol du festival, pour la dernière fois cette année. Et oui, c'est dimanche, et déjà le dernier jour de l'aventure Eurockéennes. J'entends The Drums au loin, qui jouent sur la grande scène, mais je m'arrête au chapiteau, car c'est là que le groupe que j'attends avec le plus d'impatience va se produire. A 18h30, c'est au tour de Gallows de fouler la scène du chapiteau; combo hardcore londonien qui dépote, dont je suis fan. Ils viennent présenter leur deuxième album, Grey Britain. 18h30, un son d'alarme retentit, puis le groupe entre en scène, et envoie le bois d'entrée de jeu. Le son est puissant et carré. Ca pogote de partout. Les Gallows enchaîne tous leurs "tubes", de "In The Belly Of A Shark" à "Leeches", en passant par "Abandon Ship". Le groupe développe une énergie assez rare sur scène, en particulier le frontman Frank Carter, tatoué jusqu'à l'os, véritable bête de scène, qui essaye, et parvient, à plusieurs reprises, à faire bouger le public du Chapiteau. Un wall of death, puis un circle pit abosulment monstrueux (ainsi qu'une "pyramide" que personne n'a compris comment réaliser). Sans interruption, le groupe balance ses chansons hardcore teintées de metal débridé, et les premiers rangs (où je me trouve) pogotent dans tous les sens. On a tout de même le droit à quelques pauses, notamment lorsque Frank Carter parle entre les chansons,(pour remercier les types de la sécurité, entre autre) puis durant l'intro de "Misery", où sa voix n'est accompagnée que d'une guitare. Après 1h de show et une reprise du "I Fought The Law", repris en coeur par tous les coreux de l'assistance, Gallows quitte la scène, et me laisse sur le cul. A la hauteur de leur réputation scénique, vraiment.


Parfait   17/20
par Tom Violence


Proposez votre chronique !





Recherche avancée
En ligne
106 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Pour toi, la réponse à la grande question sur la Vie, l'Univers et le Reste est :