Musiques
Les 5 groupes les plus influents des années 70
 


Posté le 23 mai 2020 à 14 h 33m 07s

C'est vrai que Nrj, c'est vraiment un exemple à la con, cette radio a toujours diffusé de la merde depuis sa création, il faut leur reconnaître une certaine constance et c'est donc pour ça qu'on ne voit pas une réelle évolution (cette blague) entre la merde de 2007 et la merde de 2019.


Posté le 23 mai 2020 à 15 h 32m 46s

Non mais ceux qui écoutaient les Pistols et consorts ont toujours été ultra ultra minoritaires par rapport à qui écoutaient du mainstream et de la musique de boîte puis technoïde ( d'ailleurs j'en ai encore entendu qui résonnait du fond des bois ce matin).

Cette phrase est étrange dans sa structure ; @Slowdown, tu fais quoi au fond des bois le matin ?


Posté le 23 mai 2020 à 15 h 36m 02s

Dans les années 90, Nrj diffusait Portishead rentre autres. Nirvana aussi. Et y'avait même des pubs pour Ruby (et Morcheeba peut-être aussi). Sans parler de Soundgarden, Faith No More, etc... Je crois quand même que NRJ c'était mieux avant.


Posté le 23 mai 2020 à 15 h 36m 35s

Ok, littéralement NRJ, ok, je vois où vous voulez en venir. En effet, c'est de la merde. Mais il n'empêche. Même en terme de tubes nuls à chier pour les jeuns, y a moins d'évolution dans le style.

Merci Pab de me soutenir, j'avais l'impression d'avoir des problèmes de mémoire.

Je voulais juste rebondir et illustrer les propos d'Isma, Dale, Vamos et autres.

Prenez le NME par exemple. Comparez les hits de 1992 (ici : https://www.nme.com/bestalbumsandtracksoftheyear/1992-2-1045374 ) avec ceux de 1999 (ici : https://www.nme.com/blogs/nme-blogs/what-was-the-b ... 99-32594).
Puis vous refaites la même chose entre 2012 et 2019. Vous avez même des extraits spotify pour juger si le rock est toujours prédominant et/ou novateur.

Si vous parlez influence, du style, "j'ai écouté tel groupe, il m'a donné envie de monter un groupe", alors oui, c'est constant, ça équivaut grosso modo à une différence générationnelle entre ceux qui écoutent et ceux qui montent sur scène. Donc il n'y a pas de débat.

Mais ce topic est plus intéressant si on prend le mot influence comme synonyme d'inspirateur de nouveaux mouvements, dans l'idée : j'insuffle une révolution ou un nouveau style musical (dans le rock s'entend).

Dans ce cas alors, il y a des groupes influents et d'autres non. L'évolution musicale, à mon avis, et c'est là dessus que je veux discuter, comme l'évolution tout court : à coup d'équilibre ponctué, comme le dirait S. J. Gould. Des périodes stables s'enchaînent durablement, entrecoupées de frémissements où ça part dans tous les sens. Le rock est actuellement, il me semble, mais je ne suis qu'un vieil aigri, arrivé à une période stable.

---[Edité le 23/05/2020 à 15 h 52 par Smashead]---

Posté le 23 mai 2020 à 16 h 19m 09s

Ceci dit voir le rock en hibernation ( ok avec Smash: le rock ne meurt pas, il fait des pauses) dans une période aussi vide et vulgaire c'est sans doute pas plus mal et ceci explique cela.


Posté le 23 mai 2020 à 16 h 25m 54s

"Dans ce cas alors, il y a des groupes influents et d'autres non. L'évolution musicale, à mon avis, et c'est là dessus que je veux discuter"

L'évolution musicale dans le rock tu veux dire. Sans critique aucune ou jugement de ma part hein, parce que l'évolution elle est bien là, mais elle ne t'intéresse pas.


Posté le 23 mai 2020 à 17 h 05m 10s

Après quand on y réfléchit 2 secondes comparer la musique des 70's, 80's, 90's avec celle du second millénaire ça n'a fondamentalement pas de sens pour une simple et bonne raison : INTERNET...Aujourd'hui y'a plus de frontières, plus de limites, on peut tout écouter de tous les pays, toutes les époques...L'excellent film "Le monde est à toi" de Romain Gavras débute par exemple avec une chanson de...Michel Sardou ; Le Phénix. Comme ça se passe dans l'univers de la banlieue, des dealers de shit, etc. plein de mecs et nanas de la génération Z qui ont aimé le film et écoutent principalement du rap (y'a aussi du PNL dans le film tiens au passage...et du Laurent Voulzy !) se sont mis à écouter ce titre ! Sardou quoi : https://youtu.be/Jupw3OV_FmY et ils en font pas tout un fromage eux, ils zappent d'un morceau à l'autre. Ils savent même pas qui est Sardou...


Posté le 23 mai 2020 à 17 h 11m 15s

Tout devient égal à tout. Lissage, javellisation et... idiocracy.

Le nawak perso ça me fait marrer 5 mins mais au bout d'un moment ça finit par m'angoisser...


Posté le 23 mai 2020 à 18 h 18m 47s

J'ignorais que le fantastique Copper Blue de Sugar était le n°1 du top de 1992 du NME. Ce mag remonte dans mon estime, ce disque est excellent de bout en bout et un de mes all-time favorite assurément !

Sinon je ne discutais pas de la qualité de la musique depuis une vingtaine d'années, mais juste de la perte d'importance de cette dernière dans le champ dit "culturel". Il n'y a pas le même engouement qu'il y avait autrefois autour d'un Bowie, du Clash ou de Cure, c'est évident.

Je crois que c'est dû principalement à la disparition du format "album", les jeunes que je côtoie n'achètent pas de disques et écoutent via les sites de streaming. Deux conséquences à cela :

1) Il y a moins de collectionneurs/tarés/obsessionnels comme on en trouve ici, le mode d'écoute privilégié est désormais la fameuse "playlist" popularisée en France par le précurseur Zébulon (vocation qui lui est née, comme il l'a lui-même relaté, quand, à la façon de Paul sur le chemin de Damas, alléché par une couve des Inrocks consacrée à Noir Désir, il a été frappé par la grâce de la fameuse compilation "un automne 1996") ; bref on pioche un morceau par-ci par-là et donc on s'attache moins à une oeuvre globale.

2) Plus prosaïquement : la musique génère moins d'argent, qui dit moins d'argent dit forcément moins de temps pour un groupe de façonner une oeuvre. Un groupe comme Pavement ou pire un artiste comme Bowie auraient été broyés par l'impératif de rentabilité aujourd'hui. Moins d'argent, ça signifie aussi moins d'exposition médiatique (Deftones ou Mötörhead à 19h30 à la téloche, c'est terminé). Il n'y a plus de magazines, non plus, donc adieu la mythologie qui allait avec. Quand on lisait Rock Sound, Rage ou Les Inrocks à 15 ans, on se faisait tout un cinéma en lisant les interviews ou en regardant les belles photos de Youri Lenquette. On n'avait pas masse de disques non plus, donc on écoutait en boucle. Tout ça imprimait durablement notre imaginaire. On avait moins accès aux lives également. Aujourd'hui on trouve en deux secondes une vidéo de l'artiste en train de chier dans la cabane au fond de son jardin, forcément pour le mythe on repassera.

Mais de la bonne musique, il y en a toujours c'est certain.

---[Edité le 23/05/2020 à 18 h 21 par Ismael Jünger]---

Posté le 23 mai 2020 à 18 h 58m 33s

Zebulon est depuis de nombreuses années "l'homme à la cigarette" de l'industrie musicale. On peut le dire ici sans prendre de risques, on est à la limite du Dark web sur le forum XSilence, entre vieux quadras sur un site 1.0. Il a entre autres lancé la mode des playlists, permis à Asyl de faire la carrière qu'on leurs connaît...Et puis dernièrement si on prend 2 des groupes qui vendent le plus de disques en France actuellement la filiation est tellement évidente que ce serait vous injurier de vous l'expliquer en détail...3 Cafés gourmands la Corrèze en cathéter of course c'est lui...et puis bon les 2 frères de PNL leur long séjour dans le 19...ben c'était une formation aux rouages du biz....


Posté le 23 mai 2020 à 22 h 15m 27s

La musique certes mais la politique aussi ! Le petit dernier vient pas de "chez nous" et comme par hasard, regardez moi ce bordel !


Posté le 23 mai 2020 à 23 h 24m 12s

Pourtant, les deux derniers que vous nous avez envoyés étaient assez costauds en bordel (beware, cette affirmation marche aussi bien au sens propre qu'au sens figuré)


Posté le 24 mai 2020 à 08 h 43m 45s

" Sinon je ne discutais pas de la qualité de la musique depuis une vingtaine d'années, mais juste de la perte d'importance de cette dernière dans le champ dit "culturel". Il n'y a pas le même engouement qu'il y avait autrefois autour d'un Bowie, du Clash ou de Cure, c'est évident.
Je crois que c'est dû principalement à la disparition du format "album", les jeunes que je côtoie n'achètent pas de disques et écoutent via les sites de streaming. "

Euh ....
Déjà avec les artistes que tu cites, et leur heure de gloire, on remonte quand même à plus de 20 ans !

Je ne crois pas que la perte de l'importance de la musique vienne de ce détail que représente la disparition du format album. Déjà c'est nier celle qu'a pu avoir le single par le passé.
Non,la raison fondamentale elle me semble essentiellement ....culturelle, justement et liée à l'avènement de l'enfant roi qui, disons le, a fini par atteindre son apogée dans notre culture, et avec l'extension à l'adolescence.

Par le passé, le rock a accompagné l'avènement de l'adolescence en tant que phénomène culturel nouveau issus de l'après guerre, avec notamment les études qui se sont étendues progressivement à l'ensemble de la population, créant ainsi cette nouvelle période de la vie par le report de l'entrée dans la vie active. Ainsi a émergé, avec Elvis, entre autre la révolution sexuelle qui s'est poursuivie avec les Stones et les Beatles, le féminisme qui a accompagné le rock ( Joplin, Airplane, Nico etc), l'ouverture sur d'autres cultures avec l'élan des voyages mais accompagné par le rock ( Beatles et l'inde, Led Zepp et l'arabie, ...), etc pour les années 60.

Comme tu cites Bowie, lui aussi a joué son rôle en accompagnant, avec son ambivalence sexuelle , la reconnaissance de l'homosexualité ...
À partir des années 70, le rock et la pop , qui s'est intellectualisé et ... avec le rock progressif a amorcé son déclin, est devenu moins en phase avec les perspectives hédonistes d'alors et o a vu émergé le disco la dance dans la foulée (à noter l'impact d'un groupe comme Abba qui a fait la transition ).
Puisque tu cites aussi les Clash , depuis la fin des années 60, le rock a aussi accompagné la politique aussi à une époque ou les idées de gauches avaient encore un certain vent en poupe (cf Clash ...) vu qu'on ne savait encore pas trop ce qui se passait de l'autre coté du rideau de fer et qui s'opposait bien moins que ce qu'on aurait pu croire avec ce qu'on avait connu par ici , soit la croix gammé.
Avec Cure, c'est la perspective tourments de la crise d'ado qui trouvait son heure de gloire puis aussi , plus tard dans un registre plus combatif avec Nirvana etc

Et aujourd'hui, on peut dire que la révolution adolescente est achevée ( l'enfant roi, donc) , que par ailleurs il devient de plus en plus difficile de faire les autruches et de ne pas voir le mur se rapprocher à la vitesse grand V ( cf par exemple les température de certains jours de ce mois de mai équivalentes à celles de d'août d'il y a 20 ans) et de constater notre manque d'envie de voir le train qui a propulsé les plus pauvres d'entre nous vers un niveau de vie supérieur à la moyenne de celui de nos grands parents, s'arrêter.
On a vu par ailleurs, avec un groupe comme Noir Désir que jouer les donneurs de leçons et pointer les coupables du micro avait une résonance légèrement fallacieuse aux entournures.

En somme , le rock est passé de mode , forcément, et la créativité s'est repliée sur elle même, moins volontaire concernant une transformation du monde qui nous échappe.

Finalement, c'est l'aboutissement logique de la génération babyboum qui n'aspirait qu'à s'extraire du labeur de ses parents. We want the world and we want it now, hurlait Morrisson. Eh bien nous l'avons eu et il ne nous reste plus qu'à attendre qu'il ne nous recrache (sans chercher à faire culpabiliser outre mesure : nous ne sommes pas non plus responsable du développement aussi irresponsable et légitime que le nôtre de la chine, de l'inde etc)

À part ça, et pour terminer sur une note positive, il se fait quand même encore de bons trucs (par moments) mais sans poussée d'acné révolutionnaire.

---[Edité le 24/05/2020 à 08 h 50 par Slowdown]---

Posté le 24 mai 2020 à 11 h 28m 40s

Très joli texte et point de vue sociologique intéressant.

Dur de ne pas y souscrire.

Et, malgré à mes accès d'abattement de vieux con, je me joins à ceux qui estiment qu'il se fait encore de la très bonne musique.
Mais à la marge évidemment.

Et qui aujourd'hui écoute le plus ces musiques " marginales "? Les vieux con comme nous ou les petits jeunes?
Question subsidiaire: quelle est la moyenne d'âge de ce site?

Voilà.


Posté le 24 mai 2020 à 11 h 43m 51s

Les vieux cons comme les petits jeunes, voire même ceux qui ne rentrent pas dans ces 2 cases, tout le monde peut écouter des musiques marginales, suffit d'être curieux.

La moyenne d'âge du site c'est compliqué, ce serait plus facile d'évaluer celle du forum.




   1  2  3  4  5  6  7  8  9   
:: Liste forums :: Liste sujets :: 
Recherche avancée
En ligne
145 invités et 1 membre :
Poukram
Au hasard Balthazar
Sondages
Tu as le droit d'effectuer un seul voyage spatio-temporel, où est-ce que tu vas ?