Discussions et Dérapages
Stephen King
 


Posté le 01 août 2018 à 16 h 33m 11s

Putain mais c'est pire que l'affaire Benalla cette histoire ! Il me semble que c'est assez classique ce genre de problème dans le monde de l'édition et qu'un Victor Hugo ou un Marcel Proust par exemple ont dû être retraduit plusieurs fois dans certains pays pour arriver à un résultat le plus fidèle possible des oeuvres initiales...

Edit : je compare pas King avec Hugo ou Proust hein...c'est juste pour dire que sur plusieurs décennies voir siècle les éditeurs améliorent un texte...pour des raisons artistiques et mercantiles...et les traducteurs sont souvent le dernier maillon de la chaine...

---[Edité le 01/08/2018 à 16 h 39 par X_Plock]---

Posté le 01 août 2018 à 17 h 15m 30s

Perso concernant le personnage de Al dans "22/11/63", le "salut Copain" ne m'avait absolument pas dérangé, et me l'avait même rendu plus attachant. Faut comprendre aussi que le personnage a vécu cinq ans dans les années 50/60 avant de revenir en 2011, ce qui peut aussi expliquer pourquoi il a des tics de langages qui nous semblent un peu vieillots. Je suis presque certain que le traducteur a tenté de respecter ce parti-pris de la part de King, à sa manière.

Je trouve quand même dommage de s'empêcher de lire un excellent bouquin à cause d'un certain "maniérisme" dans la traduction française. Perso, j'ai jamais eu de soucis avec les traductions de King, que je trouve plutôt bien foutues. Je peux comprendre aussi que certains ne tolèrent pas ces lourdeurs, mais je dois avouer qu'elles ne m'ont jamais vraiment sautées aux yeux...

---[Edité le 01/08/2018 à 17 h 15 par EmixaM]---

Posté le 01 août 2018 à 18 h 33m 11s

Disons qu'en anglais la langue de King est fluide, simple et efficace. Et en français la plupart du temps ça passe (70%) mais il y a vraiment des lourdeurs et des trucs grotesques qui nuisent gravement à la lecture pour peu qu'on soit un tantinet sensible au style.

Là j'ai bientôt fini "It", et je trouve ça bombastique bien plus que le souvenir que la lecture en vf m'avait laissé. J'enchaînerai avec Shining et Doctor Sleep ensuite.

Mais je me souviens d'un bouquin de Tom Wolfe, "Moi, Charlotte Simons" avec une trad' toute pétée également. Des jeunes sur un campus américain en 2004 qui causaient comme dans les années 50 ("Bon sang de bonsoir Mike mais t'as pas l'électricité à tous les étages !").

Et je l'ai déjà dit le pire ce sont les grands polars américains de la seconde moitié du 20ème siècle. Notamment ceux de Jim Thompson. Un "topless bar" devient un bar "sans toit", "a nice ass", "un pétard sensass".

Je me souviens surtout de cette phrase : "He noticed a young woman dressed in a blue suit" traduite par : "Il reluqua une sacrée poulette, le châssis moulé dans un tailleur bleu."

Depuis ces livres ont été retraduits (et reconsidérés par la critique).


Posté le 01 août 2018 à 19 h 00m 40s

Il y a deux-trois ans, j'ai lu "M Train" de Patti Smith, en anglais. J'ai une amie qui est fan aussi de Patti Smith et qui lit ses oeuvres en français; une fois, j'avais jeté un oeil à la version traduite. Et rien que la première page valait son pesant de cacahuètes...

Pour planter le décor: Patti Smith raconte un rêve dans lequel elle rencontre un cowboy. Elle lui dit quelque chose, mais il l'ignore. Elle ajoute...

Version originale:
"- Well, anyway, that's my two cents"

Version traduite:
" - En tout cas, voici mon obole, ma modeste contribution à la discussion".

J'ai du regarder la définition du mot "obole" ! Un exemple terrible d'une traduction ratée... À se demander comment d'ailleurs c'est possible... On aurait pu dire, j'sais pas, "enfin bref, c'est mon grain de sel" tout simplement. Là on a un truc archi-pompeux, qui correspond pas du tout au personnage de Patti Smith, ni au style des propos originaux.

Quant à "antiquated" (mot peu fréquent, c'est vrai... mais qu'on peut traduire par "vieillot", "vétuste") est traduit: "antédiluvienne". Qui utilise encore ce mot ??


Posté le 03 août 2018 à 13 h 13m 53s

@EmiXam ; @ Ismael

Je suis encore d'accord avec Ismael. Moi ça m'empêche clairement de profiter de l'oeuvre. On parle quand même d'écriture quoi... si la traduction ne donne l'impression que c'est écrit avec les pieds, moi je passe à autre chose direct.
Il y a des gens qui mettent du coeur à l'ouvrage dans les traductions.
Jim Harisson par Brice Matthieusent, ça le fait plutôt bien ; d'autant plus qu'il a traduit l'ensemble de l'oeuvre de Big Jim.
Claro également, spécialiste ces dernières années des bouquins intraduisibles, du genre le Contre-Jour de Pynchon, ou Jerusalem d'Alan Moore. Ces mecs là élèvent la traduction au niveau d'art pour moi, véritablement. Donc, y'a moyen de faire des trucs bien --> après c'est sûr, Stephen King, plus Albin Michel cette machine à fric...

---[Edité le 03/08/2018 à 13 h 14 par Reznor]---

Posté le 03 août 2018 à 21 h 37m 31s

Moi, pour éviter ces problèmes de traduction, je ne lis que des auteurs français ou étrangers qui écrivent en français, genre Cioran, Beckett ou Ionesco.
Bon, c'est sûr qu'au lieu de Patti Smith, j me farcis l'autobiographie d'Eve Angeli, mais ça reste rock'n roll.




   1  2  3  4  5  6 
:: Liste forums :: Liste sujets :: 
Recherche avancée
En ligne
190 invités et 0 membre
Au hasard Balthazar
Sondages
Combien dépensez vous par mois pour vos disques